Seforah Benhamou
Magnétiseure-Naturopathe-Sophrologue
Auteure - Coach depuis 2001
Pour les personnes et les animaux à Neuilly-Paris la Défense.

Pourquoi faire une retraite d'été ?

26 Avr 2022 Seforah Benhamou Naturopathie

Un peu comme des fruits de saison, elles arrivent sur le marché dès le printemps, de toutes provenances, de toutes qualités et calibres, les retraites, stages dédiés au bien-être et souvent au yoga et à la méditation.

Certains les considèrent comme un phénomène de mode pour bobos.... Je pense qu'elles se rapprochent davantage des "cures" d'antan, où l'on allait soigner son asthme ou ses rhumatismes et rencontrer d'autres curistes pour partager des ressentis, des maux, puis rentrer rasséréné et rassuré.

Aujourd'hui la formule "retraite", inclus une dimension spirituelle. On ne prend pas soin uniquement du corps mais aussi de l'esprit, dans une approche holistique. Si elles ne sont pas - à priori - religieuses, les retraites naturopathiques, yoga, reiki, chi gong, proposent de calmer l'esprit survolté, tout en écoutant le corps. La spiritualité, loin d'être une religion avec des dieux et des rituels, des punitions et un paradis, est une façon de connecter le conscient et l'inconscient, le Moi et le Soi. Eprise de frugalité, la retraite s'émancipe pour quelques jours, du "pouvoir d'achat", de la "combattivité" professionnelle, du paraitre, du stress, de la négativité, des jugements. En reliant le Moi et le Soi, la dimension spirituelle vécue lors de méditations, de marches en Noble Silence, de séances de yoga, ou d'autres moyens, nous aide a retrouver l'essence de ce qui est important. En nettoyant le corps de ses excès alimentaires, de son manque d'écoute et d'empathie envers soi-même, on allège la machine corporelle afin qu'elle se laisse habiter par sa dimension lumineuse, joyeuse, créative, résiliente, optimiste. 

Une belle retraite sera celle qui permettra de retrouver l'enfant intérieur. Cet enfant, pendant quelques jours, on va le choyer, lui donner toute la place. On va faire taire le parent normatif, le petit tyran qui ordonne au corps tout au long de l'année. On va faire confiance au Moi, non pas le petit ego, mais le Bel Ego imprégné de lumière qui fut celui du petit enfant, avant.... Avant qu'il ne soit brimé, contraint, taillé, ciselé, pour rentrer dans le moule. On pourra pratiquer des activités physiques, parfois même difficiles, mais contrairement à ce que l'on fait toute l'année, on le fera dans la bienveillance. C'est pourquoi l'équilibre corps/esprit fera qu'on sentira à peine les courbatures de gym ou de randonnée. Le corps accueillera l'effort avec joie, comme l'enfant qui court toute une journée sans jamais se plaindre ni avoir mal. Seule une saine fatigue vespérale nous rappellera que l'on a agit, marché, dansé, nagé, médité.

Pourquoi une retraite plutôt que de simples vacances à se prélasser dans un transat en bord d'océan ?

Même si cette autre parenthèse est bienvenue, elle ne nourrit pas l'esprit comme le font les activités d'une belle retraite. Se reposer, se ressourcer n'est pas forcément synonyme de paresse ou d'immobilité... Cela serait plutôt régénérer le moteur en lui apportant les ressources naturelles, spirituelles, énergétique, qui font défaut.

Comment savoir si on choisit une "bonne retraite" ?

Tout d'abord les animateurs. Il se doivent d'être des professionnels reconnus du bien-être ou de la santé, c'est une question de sécurité. 

Puis le contenu de la retraite : des activités mais pas trop, des temps libres, un équilibre entre travail du corps et de l'esprit et, et c'est important, la liberté de participer ou non aux ateliers. Un organisateur, même s'il est un leader, ne doit certainement pas être un nouveau petit chef. 

Enfin le lieu : il doit être joli afin de satisfaire le besoin naturel d'équilibre visuel, auditif, kinesthésique. La beauté et l'esthétique sont indispensables à un relâchement naturel de l'hypervigilance. 

Les tarifs évidemment varient beaucoup en fonction du lieu, du fait qu'ils intègrent ou non l'hébergement, de la notoriété des animateurs et du contenu. La plupart du temps les retraites proposent de partager les chambres. C'est un état d'esprit. Changer de sa routine, se nourrir de nouvelles rencontres, contribuent à lâcher prise. Cet autre avec qui l'on partage c'est aussi un reflet de cet autre nous-même que l'on s'apprête à accueillir. Si l'on est seul dans sa chambre : "chassez le naturel, il revient au galop" dit l'adage ! On reprendra instantanément ses "mauvaises" habitudes et la dynamique du changement pourra en être diminuée, ce qui est dommage.

Enfin, si le jour du départ vous avez un sentiment de trop peu, c'est une bonne chose ! Le travail de régénération aura été initié, il continuera et cette nostalgie donnera à l'événement une couleur plus précieuse qui en augmentera encore plus les effets !


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réseaux sociaux

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion